Qui êtes-vous ?

Ma photo
Mon rayon de soleil, Sharly, est décédé le 8 novembre 1998. Aujourd'hui, je suis une survivante et je me suis reconstruite tranquillement avec le temps. Je souhaite vous partager cette route rempli de larmes et de bonheur. Bonne lecture

Extrait d'un chapitre: "Noël"

C’est le 3e Noël sans Sharly et pour la 1re fois nous restons ici pour Magalie. Pas de soleil cette année, un rendez-vous avec nos familles.

J’ai eu peur de lui acheter des cadeaux…

Encore la peur du mauvais sort. Une chance que c’est une tannante ma Magalie. Ils ne finiront pas dans une boîte les siens.

Je m’accroche à cet espoir.

Nous avons fait le sapin. Pour m’aider j’ai choisi une décoration que j’avais en double, un bonhomme de neige, et j’en ai mis un dans le sapin et l’autre je l’ai apporté au cimetière pour Sharly.

C’était correcte le Noël avec la petite. J’ai réussit à respirer sans douleur et même à m’amuser.

Noël c’est pour les enfants de toute façon, sans eux… c’est vraiment…

Avec Magalie nous avons passé un joyeux Noël en famille.

En famille… j’ai une famille à moi.

Extrait d'un chapitre: "Amour"

(Nous sommes en novembre 2005)

Ça fait maintenant 7 ans que ma fille est décédée. 5 ans que je suis mariée. J’ai 3 belles filles. J’ai perdu ma santé. Je n’ai plus d’étincelle dans mes yeux. Je veux me battre, je veux vivre, mais… mon couple me lâche.

J’ai décidé d’aller consulté. C’est la venue du mois de novembre avec ses journées trop courtes et trop grises, le choc de la maladie, l’Halloween, l’anniversaire de décès… c’est comme si je n’ai plus de force. D’être toujours confronté au vide, aux années qui passent, c’est trop difficile…

Une idée est venue, et elle n’était pas de moi mais je ne peux vous dire d'où elle vient parce que je n'en ai pas la moindre idée... J’ai demandé à Ian de m’accompagner. Ian n’est pas très fort sur les psychologues, mais j’ai pris une chance et il a dit oui.

Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre, en fait je n’ai aucune attente. Je crois que s’il aurait refusé… j’aurais, avec l’aide du psy, pris les forces pour me séparer. Comme il a dit oui c'est l'inconnu qui nous attend.

Ian s’est impliqué dans la démarche. On s’est parlé, mais surtout écouté pour de vrai. Et on s’est compris. On a réglé des niaiseries accumulées depuis des années et ca l’a fait vraiment du bien.

Aux fêtes de Noël, nous avons resté à la maison en famille, nous 5 seulement. Et, il s’est produit quelque chose de vraiment merveilleux. J’ai revu le garçon qui m’avait fait tripper un soir de Noël 1995 et qui m’a fait penser que c’était vraiment un type pour moi. Je suis retombée en amour avec mon mari, le père de mes trois filles, le Ian de Sharly. Complètement en amour et le plus magique c'est que lui aussi.

Extrait d'un chapitre: "Médicament"

Je dois suivre une diète très stricte… Tous mes petits vices doivent être abandonnés. Plus de café, de sucre, de liqueur, de bière… de vin. Plus rien de rien !!!

Mais ce n’est pas grave, je dois guérir. Je vais tout faire ce que je dois faire. Quoi qu’il m’en coûte. Se privé ce n’est rien. Je dois choisir entre être malade ou en forme mais au régime. Je choisi le régime. De toute façon je me prive bien de ma fille depuis une éternité déjà. Qu’y a-t-il de pire après ça.

En septembre le docteur me propose un nouveau médicament pour m’aider… un immunosuppresseur.

Un médicament contre le cancer !

‘’ NON !!! ’’

Je ne peux pas en être rendu là. Mon Dieu, je dois retrouver la santé, je dois guérir.

‘’ Pourquoi ça m’arrive !!! ’’

Ce fût tellement un choc pour moi que je me suis mis à perdre mes cheveux. À grande poignée mes cheveux tombent… Je commence à voir des éclaircies…

Je ne veux plus prendre ce médicament. J’ai téléphoné la compagnie pharmaceutique et imaginez vous que je suis la deuxième personne à prendre ce médicament qui perd ses cheveux. C’était un cas isolé, ça ne fait même pas parti des effets secondaires. Ils m’ont téléphoné à tous les mois par la suite pour vérifier ce symptôme… ah ce qu’on peut faire pour éviter des poursuites ;)

Mon gastro-entérologue ma prescrit autre chose et ce fût le début d’une longue marche sur la voie de la rémission. Je sais ce n’est sûrement pas le bon mot, je m’excuse auprès des personnes touchées de près ou non par le cancer. Mais si j’ose employer se terme c’est parce que je ne guérirais jamais complètement de cette maladie, jamais. Elle va toujours être là en moi. Je vais avoir des périodes de paix où ma vie devrait allée relativement mieux et je dois m’attendre à des périodes de crises parce qu’elles sont inévitables. Et les crises peuvent être très dommageables.

Le pire de toute ma vie ce fût la perte de ma fille. Les enfants, nos enfants, ça n’a pas de prix. Mais je dois vous avouer que de perdre ma santé, c’est quelque chose de pénible également, je dois dire que ça arrive deuxième après le décès de Sharly, mais l’écart entre les deux est mince.

Que c’est dur de le reconnaître, mon cœur de maman souffre de cette constatation. Il aurait aimé mieux mourir que de perdre sa fille… alors reconnaître qu’il y a des choses qui lui font aussi mal c’est une pilule dure à avaler.

Je veux toute faire pour retrouver la santé. Je sais que je peux me rétablir… il y a de l’espoir. Et c’est pour ça que c’est 2e dans l’ordre des tragédies. Avec l’espoir on peut tout faire.

Ma fille est morte, ça fait mal, elle me manque. Je refuse encore sa mort, mais je dois vivre pour de vrai parce qu’un corps j’en ai rien qu’un et je dois le soigner à tout prix.

Extrait d'un chapitre: "Au pied du mur"

Nous sommes en mai 2005, j’ai démissionné de mon travail après la saison d’impôt pour me reposer avant de commencer l’université en septembre prochain. Nous avons démarré la compagnie à Ian en mars dernier.

Je suis gravement malade. Du haut de mes 110 livres toute mouillée, j’en ai perdu une vingtaine, dont 12 durant le dernier mois seulement. Je suis entrain de mourir…

Je ne garde rien, je suis en diarrhée tout le temps. Mais lorsque le tout s’est transformé en sang… j’ai vraiment eu peur.

J’ai vraiment peur de mourir. D’un coup que c’est un cancer…

J’ai eu des grosses discutions au sommet : avec Dieu, ma fille et moi-même.

Je ne pouvais pas mourir, je ne devais pas mourir. J’ai trois belles filles bien vivantes sous mon toit qui ont besoin de moi. Je suis leur maman, la seule qu’elles ont.

Ce matin là il y avait encore de la place au sans rendez-vous et le docteur qui m’a prise en charge a fait son travail.

‘’ Écouter madame vous devez avoir des sérieux maux au ventre depuis longtemps ? ‘’

‘’…’’

Oui, effectivement j’avais atrocement mal au ventre, mais je ne m’écoutais pas. J’en avais plein les bras avec ma vie.

‘’ Je vais vous donnez des instructions précises sur ce que vous devez faire sans tarder, est-ce que vous allez le faire ? … si vous ne voulez pas je vous fais hospitaliser, parce que c’est ce que vous êtes présentement Madame, un cas d’hôpital ‘’

Une douche d’eau froide n’aurait pas fait mieux.

‘’ Merci la vie ’’

Ça me rend triste, je trouve ça totalement injuste, mais Sharly n’a pas besoin de moi où elle est. Même si c’est moi sa mère. Je suis certaine qu’elle préférait que je reste avec ses sœurs. Elles sont mes filles aussi et je ne peux pas les laissées. Ça l’a été difficile, mais le déclic s’est fait.

On m’a diagnostiqué une maladie de Crohn le 22 juin 2005 et j’ai commencé à me battre pour ma santé et ce faisant j’ai donc dû commencer finalement à dire oui à la vie, complètement. Pour de vrai, sans triche, sans masque… y croire à cette vie avec mon ange au ciel et ses trois sœurs bien vivantes sous mon toit.

Magalie, Élodie et Janie ont le droit d’avoir une mère digne de ce nom, une mère entière, ma famille a besoin de moi. Et surtout moi j’ai besoins de moi plus que tout.

Prendre une chance et goûter au bonheur, même si parfois il est éphémère. Parce que c’est ça la vie, des instants de purs joies, des instants d’horreurs, le bien, le mal… La Vie.


Extrait d'un chapitre: "Plan B"

Mon plan était simple… au départ je voulais plus que tout avoir des enfants. Je suis tombée enceinte à 18 ans. Puis j’ai voulu une vraie famille avec un père impliqué. J’ai rencontré Ian. J’ai même eu espoir qu’Ian adopte Sharly étant donné que le père biologique ne s’en souciait pas. La vie a décidé autre chose pour moi.

Inconsciemment, j’ai fait un deuxième plan, un conventionnel super classique parce que le 1er était un peu trop spécial et qu’il n’a pas marché. Je voulais avoir un bon travail, une maison, me mariée et avoir des enfants.

Mon plan B est terminé. Qu’est-ce que je fais maintenant ?

Et surtout que j’ai décidé il y a bientôt 1 an que je me séparais…

Ma maison n’est pas finie, mais sûrement vendable. Mon bébé est né et sevré, elle commence la garderie bientôt. Je dois faire quelque chose. On s’était dit que peut-être ça ne valait pas la peine que je retourne travailler avec les 3 enfants et tout, mais j’étouffe à la maison.

Je n’arriverais jamais à payer la maison tout seule…

En février, je retourne travailler, peut-être me mettre des sous de côté, voir comment je m’organise avec la marmaille. Peut-être que je pourrais aller à l’université pour avoir de l’avancement.

C’est difficile au travail, j’ai la langue à terre. Je suis verte. J’ai bien de la misère à digérer aussi… qu’est-ce qui ne va pas ?

Je prends souvent, même trop souvent, plus d’un verre le soir pour endurer ma vie, pour me donner un peu de sourire, un peu d’étincelle au fond des yeux…

Le temps avance et je trouve que l’université c’est une bonne idée, je fonce là dedans. Je vais sûrement avoir un meilleur salaire avec un Bac.

Je crois que je vais prendre l’été de congé avant de commencer en septembre.

Mon chum veut se partir sa propre compagnie…

Je crois que je vais quitter mon travail plutôt que prévu, après les impôts. Parce que vraiment je suis fatiguée, ma digestion ne s’améliore pas. Avec l’entreprise on va sûrement réussir joindre les deux bouts sans mon salaire.

Extrait d'un chapitre: "Couple"

Je ne vais pas bien, l’anniversaire de décès et novembre me dépriment. Tout ce temps qui passe, toute cette mascarade de la vie et j’ai toujours mal. Je n’ai plus rien pour m’évader, plus de grossesse, plus d’allaitement, ma famille est finie, il ne reste qu’à vivre la vie et à regarder les enfants grandir.

Mon chum me tape sur les nerfs. Il est un peu moins stressant depuis qu’il a été en congé forcé, mais je me dis que nous deux ça ne marche plus. Je crois qu’Ian a de la difficulté à gérer la vie de grosse famille. Peut-être que c’est moi la coupable aussi, je ne suis plus la même… les enfants me font sourire, je m’amuse, mais mes yeux ne brillent pas et je bois. Mon étincelle est sûrement encore allumée, mais je ne vois pas la flamme, elle est fatiguée. 

En perdant ma fille, j’ai rejeté la maman en moi, j’ai rejeté mes désirs de famille, j’ai rejeté la vie… Puis j’ai eu le goût de me marier. Je croyais que Sharly nous avait unis pour toujours Ian et moi, que c’était son souhait que nous demeurions ensemble. J’avais envie d’y croire moi aussi à cet amour.

En fait notre couple ce remettait relativement bien de la perte de Sharly, nous étions relativement heureux comme couple ou au moins sur la bonne voie. Je crois que c’était le but du mariage de célébrer cet amour qui a survécu au pire. La petite fille en moi y croyait plus que tout.

Il y a eu l’épisode des mains trop longue à Ian et… comment dire j’ai passé par-dessus en me disant qu’il n’était qu’un simple homme et qu’encore une fois, j’avais des valeurs et des idéaux trop grands pour la vie. Notre couple s’est rafistolé assez bien et surtout parce que j’ai eu le goût d’avoir d’autres enfants. Le besoin de vivre la vie devait être trop fort.

Nous avons donc, avec l’aide de mère nature, fait des enfants à répétition… c’est simple durant ces 4 années de mariage j’étais enceinte ou j’allaitais. Je crois que l’espace entre l’allaitement et une nouvelle grossesse a duré au maximum 1 ou 2 mois tout au plus à chaque fois. Comme si je fuyais ma peine, ma souffrance, mon vide en compulsant maternité. Il me semble que je cours depuis le mariage…

Je suis en combat contre moi-même. Je voulais me marier avoir des enfants, vivre la vie comme elle se devait de l’être, mais en même temps je trouve ça contre nature de vivre sans ma fille. Mon mal de vivre perdure… Je ne veux pas me séparer, mais on dirait que c’est inévitable. J’aime mon chum, j’aime mon couple et j’aime notre famille. Un combat toujours un combat, j’ai mal, j’ai de la peine, je suis détruite…

‘’ Où suis-je rendu ? ’’

Messages les plus consultés